Répulsifs : Comment KWS réduit les dégâts d'oiseaux pour le maïs biologique avec des extraits végétaux

14 décembre 2017, Temps de lecture : 3 minutes

L'agriculture biologique ne peut pas utiliser d'agents chimiques de synthèse contre les dommages causés par les oiseaux dans les champs de maïs tout juste semés. Par conséquent, au printemps, les animaux picorent parfois des champs entiers fraîchement semés. KWS travaille sur de nouveaux extraits de plantes afin de protéger les graines contre les oiseaux. Les résultats sont prometteurs.

Corbeaux, faisans, colombes, grues : Beaucoup de gens les apprécient et souhaitent les préserver comme partie intégrante d'une nature intacte. Mais pour les agriculteurs biologiques, la situation est très différente à certaines périodes de l’année. L'attrait des oiseaux pour les semences de maïs les fait envahir les champs fraîchement semés en nombre au début du mois de mai. Les faisans, par exemple, creusent la terre pour récupérer les graines. Les corbeaux tirent les jeunes plants hors de terre et mangent les grains. Les dommages peuvent être importants, allant jusqu’à une perte totale.

Plus c’est amer, mieux c’est

Parce que : contrairement à l'agriculture conventionnelle, les semences biologiques ne doivent contenir aucun désinfectant chimique ou synthétique qui coupe l'appétit des oiseaux pour les semences. Conformément à la réglementation écologique de l'UE, seules des substances naturelles et semi-naturelles peuvent être utilisées. En collaboration avec des entreprises partenaires et des instituts de recherche, KWS est donc à la recherche d'un extrait de plante qui empécherait de façon durable les oiseaux de manger le grain. De telles substances sont appelées répulsifs et peuvent avoir un goût extrêmement amer. Ils ne doivent pas gêner la germination des plantes et doivent rester collés aux semences de maïs pendant plusieurs semaines, même dans des conditions humides. Il n'est pas facile de satisfaire toutes ces exigences.

Nous avons testé l’effet de désinfectants biologiques lors d’une série de tests à la ferme biologique de Klostergut Wiebrechtshausen de KWS, près d’Einbeck, ainsi que dans certaines autres fermes biologiques allemandes. Bettina Jorek est responsable des différents tests effectués par KWS en plein champ. Après de nombreuses expériences en matière d'alimentation dans les volières, elle fait preuve d'un optimisme prudent : « Je pense que notre extrait favori actuel conduirait à la préservation de 65 à 70 % des graines dans le champ. Notre objectif est bien sûr de 100 %. » En disant « notre », elle parle d’elle-même et de l’équipe de recherche de KWS.

À première vue, le problème des oiseaux semble être relativement limité. Après tout, environ 20 000 hectares de maïs biologique sont produits en Allemagne chaque année. Mais le potentiel d’un désinfectant durable à base de plantes est bien plus grand : En Allemagne, le maïs conventionnel est semé sur environ 2,5 millions d'hectares. Il existe actuellement une substance active, le méthiocarbe (dénomination commerciale « Mesurol »), qui protège contre l’oscinie de l'avoine afin de réduire les risques d'infection par le charbon de maïs et empêcher les oiseaux de manger les graines. « Mais la tendance est à l’utilisation de moins de produits chimiques en plein champ », déclare Jorek. « De plus, l'un des objectifs fondamentaux de KWS est la durabilité. » KWS propose aux agriculteurs de nombreuses cultures différentes, parmi lesquelles des cultures dérobées qui permettent une rotation optimale et durable. Les autres cultures comprennent de nombreuses espèces pour l'agriculture biologique. Cela rend l’entreprise d’Einbeck différente de nombreux autres sélectionneurs qui se concentrent uniquement sur quelques types de plantes cultivées.

Coopération de nombreux experts

Travaillant avec des extraits de plantes, KWS coopère également avec certains chercheurs spécialistes des vertébrés du Julius Kühn-Institut (JKI), les experts de la FH Bielefeld et avec la société Phytoplan à Heidelberg, spécialiste des substances actives naturelles. Phytoplan produit et fournit des extraits ou des fractions individuelles d’extraits. La JKI est responsable de la coordination du projet et des expériences d’alimentation dans les volières. La FH Bielefeld développe des formulations présentant une meilleure durabilité et une efficacité renforcée de l'agent désinfectant sur les semences. Le projet est financé par la Landwirtschaftliche Rentenbank.

Les parties impliquées ne veulent pas révéler le fonctionnement des extraits et leur efficacité, afin de ne pas mettre en danger les brevets potentiels dans ce domaine. « Nous avons déjà des extraits répulsifs efficaces qui ont des effets positifs, même en plein champ, et ne nuisent pas aux jeunes plants. Nous devons maintenant nous assurer que les substances adhèrent à la graine de la meilleure façon possible tout en maintenant un effet concentré dans le bec de l'oiseau, même après trois semaines dans le sol. » Jorek et son équipe sèment toujours le maïs traité avec les extraits de plantes prometteurs vers le 1er mai, puis observent les zones expérimentales et les oiseaux en détail.

Aucune peur des épouvantails

Comme par les années précédentes, des centaines d'yeux d’oiseaux les observent de près. Surtout les corbeaux, intelligents, qui ont appris à faire face aux humains. Ils semblent savoir qu'il n’est pas autorisé de les chasser. « Les gros épouvantails volants qui flottent à une trentaine de mètres au-dessus ne les effraient pas non plus », dit Jorek. Les corbeaux ignorent également les épouvantails ronds dans le champ qui se déplacent au vent (marque : « Böser Blick »). De plus : « On dirait que les corbeaux ont des « messagers » dans leurs rangs, qui détectent lorsque l'agriculteur travaille dans un champ. Ils en informent ensuite leurs congénères », a observé Jorek à maintes reprises. Mais l'équipe de recherche garde un œil attentif sur la situation : Après chaque test, les chercheurs en savent un peu plus sur les goûts que les oiseaux n'aiment pas.

Retour à la page principale « World of Farming »

Votre contact

KWS Benelux betterave sucrière

22 Avenue des Alliés
7540 Kain
Belgique

Tél.: +32 (0) 476 617 333

Email: info.bieten@remove-this.kws.com

Localisation dans Google Maps

KWS Benelux mais

Hulstbaan 266
9112 Sinaai
Belgie

Tel: +32 (0) 3449 0220
Fax: +32 (0) 3449 2089

Email: info@remove-this.kwsbenelux.com

Localisation dans Google Maps

Contact