Amidon : leviers pour maximiser sa digestibilité

Le maïs ensilage permet d’apporter de l’énergie dans la ration des ruminants. Cette énergie provient soit des parois végétales, soit de l’amidon. Comment optimiser au mieux l’énergie apportée par l’amidon ?

kws_midon.jpg

Récolter à 32-35 % MS

La digestion de l’amidon dans le tube digestif est peu variable, cependant la localisation de la digestion évolue selon la maturité du maïs. En effet, l’amidon est en grande partie dégradé dans le rumen, mais avec l’augmentation de la maturité, les grains de maïs deviennent vitreux et durs, ce qui limite alors l’accessibilité de l’amidon par les micro-organismes du rumen. Ainsi lorsque le maïs gagne en maturité, la dégradabilité de l’amidon diminue, et la quantité d’amidon « by pass » transitant dans les intestins augmente. Avec l’augmentation de la maturité, il y a donc un transfert de la proportion d’amidon digérée du rumen vers la partie intestinale, et une augmentation de l’amidon non digestible retrouvé dans les bouses. Le meilleur compromis entre teneur en amidon et bonne digestibilité reste une plage de récolte située entre 32 et 35 % MS.

Attendre avant l’ouverture du silo

Chaque éleveur a pu constater que la production laitière des vaches se modifiait au bout de quelques mois après l’ouverture du silo. Plus on avance dans le silo, plus l’ensilage présente une bonne valeur alimentaire. En effet, lors de la conservation dans le silo, le fourrage continue d’évoluer, et l’amidon gagne en facilité de dégradation. Il faut noter que cet effet est d’autant plus marqué que le maïs a été récolté à des niveaux de MS élevés. Mais si l’amidon devient de plus en plus dégradable avec le temps passé dans le silo, l’amidon d’un maïs récolté tard ne retrouvera jamais, à durée de conservation identique, la digestibilité d’un maïs récolté plus tôt. Pour maximiser teneur et digestibilité de l’amidon, la plage de récolte reste donc bien comprise entre 32 et 35 %MS.