Maïs Grain Humide : Pourquoi et comment l’utiliser à la ferme ?

Les surfaces dédiées au Maïs Grain Humide progressent depuis quelques années dans les régions d’élevage. Quels sont les intérêts de recourir à cette technique de conservation ?

Bildbeschreibung

Bildbeschreibung

Maïs Grain Humide : deux techniques différentes

Lorsque l’on parle MGH, on fait en réalité allusion à deux modes de conservation différents, selon si les grains sont broyés ou entiers.

  • Maïs Grain Humide broyé ensilé (MGH ensilé): Consiste à récolter le grain humide (entre 32 et 40 % de teneur en eau), à le broyer, puis à le conserver
  • Maïs Grain Humide entier inerté (MGHE inerté): Le grain est récolté humide (entre 24 et 32 % de H2O), avant d’être stocké entier

Dans les deux cas, la réussite tient dans la conservation à l’abri de l’oxygène, en milieu anaérobie.

Maïs Grain Humide : un réel intérêt nutritionnel

Le développement historique du MGH est dû à son utilisation pour l’alimentation des porcs. Les performances des deux modes

Pour les porcs, la digestibilité du phosphore du MGH est améliorée par rapport à celle du maïs grain sec. On observe également une qualité des gras favorable à la transformation des produits secs en salaisonnerie (jambon sec, charcuterie sèche). Les éleveurs bovins ont souvent privilégié l’utilisation du maïs ensilé plante entière, mais de plus en plus s’intéressent au MGH. Il est alors utilisé en complément des rations à base de maïs ensilage ou d’herbe pour un troupeau laitier ou un troupeau allaitant, mais également en ration de base pour l’engraissement des jeunes bovins ou des vaches de réforme.

Maïs Grain Humide : un mode de conservation adapté

On peut stocker le MGH de différentes façons : du big bag au silo tour, en passant par le silo souple ou le silo couloir. Le mode de stockage est donc d’une grande souplesse et facile à réaliser. Son choix dépendra en premier lieu des quantités totales de maïs à stocker, mais également de la main d’œuvre disponible sur l’exploitation, des investissements nécessaires (en tenant compte du matériel pour la reprise), et des contraintes de l’exploitation (place, automatisation…). Il faut retenir que le big bag et le silo couloir présentent les coûts de stockage les plus faibles pour les petites quantités. Pour des quantités à stocker plus importantes, le silo souple a un coût global plus élevé que le silo couloir mais permet une reprise plus facilement automatisable. Enfin, le silo tour est à réserver lorsque les quantités de MGH dépassent le seuil de 500 tonnes.