Outil SATElite MaïS par un utilisateur

L’outil d’aide à la décision (OAD) SATElite MaïS est préconisé depuis un an par Even Agri à ses adhérents. L’outil les assiste dans le choix de la date de récolte du maïs fourrage ; à partir de vues satellite combinées à son algorithme, SATElite MaïS fournit des estimations de matières sèches. Interview croisée avec Stéphane Le Bris, technico-commercial et Frédéric Le Moigne, éleveur en GAEC à Plonevez du Faou (29).

Outil Satelite MaïS KWS Plonevez Bretagne

Outil Satelite MaïS KWS Plonevez Bretagne

Des années climatiques hétérogènes rendent hasardeuses la date de récolte

« Investir des milliers d’euros dans la culture et tout gâcher en récoltant trop tôt ou trop tard, c’est vraiment dommage ! » pour le technicien Stéphane Le Bris. Frédéric le Moigne confirme. Il évoque la difficulté de maintenir sa production laitière lorsque le maïs est trop sec : « à 32 % de matière sèche (MS), c’est plus facile qu’à 36 % ».
Encore faut-il estimer correctement la maturité du maïs pour caler la date de récolte. Une estimation qui devient difficile avec les années hétérogènes du point de vue météorologique. « Les dates ont été avancées à mi-septembre alors qu’il était encore fréquent d’ensiler fin septembre / début octobre il y a quelques années » pour le technico-commercial d’Even Agri. Mais aussi parce que « les maïs restent verts à maturité avec les variétés actuelles » selon Frédéric Le Moigne.

SATElite MaïS : une solution pour accompagner les décisions stratégiques sur le maïs ensilage

« Ce qui m’a plu dans l’outil, c’est que je ne suis plus tout seul pour prendre la décision » précise Frédéric Le Moigne. Equipé d’une ensileuse, il n’a pas de soucis de réservation de date chez un entrepreneur. « Mais c’est un impératif pour d’autres éleveurs. Et la condition initiale est de connaître la date de maturité de sa culture » pour Stéphane Le Bris. Ce dernier souligne aussi une organisation plus efficace de son temps de travail grâce à l’OAD.
« Les tournées chez les adhérents sont plus rapides, car nous avons déjà une information fiable sur l’évolution des maturités, semaine après semaine ».
Les gains sont visibles rapidement sur l’ingestion des vaches laitières et donc la productivité de l’exploitation.
Stéphane Le Bris voit aussi les économies potentielles des agriculteurs, grâce aux conseils qu’il pourra prodiguer en ayant connaissance des hétérogénéités intra-parcellaires visibles sur les cartes. « Avec une vue du ciel, on repère les zones plus humides, les variations de profondeurs de sol, les comportements anormaux des cultures… ».


Les OAD, des outils pertinents s’ils permettent un retour sur investissement rapide et visible

Pour le technicien de Even Agri, « le gros défi des prochaines années, c’est le maintien des rendements dans un contexte de diminution des intrants ». Les OAD ont ainsi pleinement leur rôle à jouer. Mais pas à n’importe quel prix. « La maîtrise des coûts sera essentielle dans les exploitations. Les économies d’échelle sont peu visibles aujourd’hui, car les matériels coûtent chers ».
Ce n’est pas le cas de SATElite MaïS. Frédéric Le Moigne est convaincu par l’outil, justement parce qu’il a vu des résultats concrets sur ses Prim’Holstein. « Le climat pousse à aller vers ces solutions. C’est mon premier OAD agricole. J’en essaierai peut-être d’autres dans les années qui viennent ».

Outil Satelite MaïS KWS Plonevez Bretagne

Outil Satelite MaïS KWS Plonevez Bretagne

Qui sont nos 2 interviewés ?

Stéphane Le Bris

Stéphane Le Bris est attaché technico-commercial (ATC) chez Even Agri. Il accompagne des éleveurs de la région (porcs, volailles, bovins lait) dans la gestion de leurs cultures. Son activité tourne essentiellement autour de conseils agronomiques sur cultures céréalières et fourragères, appuyés par des outils d’aide à la décision comme SATElite MaïS de KWS. Une activité de vente de semences, produits phytosanitaires, amendements et engrais complètent l’offre de services d’Even Agri.

Frédéric Le Moigne

Frédéric Le Moigne est éleveur laitier dans le Finistère à Plonevez du Faou (29). Installé en GAEC avec son épouse et bénéficiant d’une aide familiale appréciée, il produit 1750000 litres de lait avec un troupeau de 190 vaches Prim’ Holstein. Il exploite également 210 hectares dont 86 en maïs fourrage, 35 en céréales et le restant en herbe.