Pommes de terre hybrides : Graines de pomme de terre au lieu de plants de pommes de terre de semence

14 décembre 2017 Temps de lecture : 4 minutes

KWS va continuer à développer la pomme de terre aux multiples propriétés à travers une démarche de sélection, en poursuivant des objectifs à long terme : À la fin du processus, les pommes de terre hybrides, multipliées par les semences, constituent un produit totalement nouveau et innovant.

De nombreux collaborateurs travaillent sur la pomme de terre hybride à la station de sélection d'Emmeloord

De nombreux collaborateurs travaillent sur la pomme de terre hybride à la station de sélection d'Emmeloord

KWS est convaincu que les pommes de terre offrent un grand potentiel. C'est l'un des aliments de base les plus importants au monde et la demande de produits à base de pomme de terre ne cesse d'augmenter. Ce qui augmente également la demande pour cette solanacée : Non seulement le rendement des variétés doit augmenter, mais également la qualité des composés. Les variétés actuellement sur le marché ne sont généralement déjà plus toutes jeunes et les progrès en matière de sélection sont limités. KWS a ainsi identifié une opportunité d'exploitation du potentiel de la pomme de terre en utilisant des approches innovantes, afin d'apporter aux agriculteurs et à leurs clients des avantages supplémentaires et maintenir la compétitivité de la pomme de terre. Pour atteindre cet objectif à long terme, une approche en trois volets est en cours, allant de la culture de variétés compétitives de pommes de terre diploïdes à l'hybridation jusqu’au développement des semences.

Un aperçu du génome de la pomme de terre démontre les défis particuliers auxquels sont confrontés les sélectionneurs : Les variétés actuellement commercialisées de pommes de terre sont tétraploïdes, c'est-à-dire qu'elles possèdent quatre ensembles de chromosomes. Chaque caractéristique est donc présente sous quatre formes différentes (allèles). Si l'on croise des plantes tétraploïdes, l'apparence phénotypique de la progéniture se divise beaucoup plus fortement que chez les plantes diploïdes. Une telle diversité signifie beaucoup plus de travail de sélection et le lancement d'une nouvelle variété peut prendre jusqu'à 20 ans. Le développement de populations diploïdes compétitives constitue donc le premier objectif vers une pomme de terre hybride. De nombreuses caractéristiques pourront alors être adaptées plus facilement par la sélection. Celles-ci comprennent le potentiel de rendement et la résistance aux maladies, ainsi que la qualité et les propriétés de transformation, telles que la forme, la teneur en amidon et la durée de conservation. « Pour développer des lignées parentales génétiquement homogènes et puissantes pour la sélection hybride, il est également important de surmonter l'incompatibilité des pommes de terre diploïdes et une forte dépression de la consanguinité », a déclaré Andreas Loock, responsable de la sélection de la betterave et de la pomme de terre chez KWS. Ce faisant, les sélectionneurs bénéficient de la vaste expérience accumulée par KWS au fil des décennies dans la sélection d’hybrides de plantes telles que la betterave à sucre et le maïs.

La floraison du plant de pomme de terre : objet de recherche

La floraison du plant de pomme de terre : objet de recherche

Le développement de ce produit précurseur, pourrait conduire à la production d’une graine de pomme de terre hybride. La graine de pomme de terre enrichirait la semence de pomme de terre traditionnelle sur le marché et créerait de nouvelles options grâce à ses propriétés. Le développement d'une graine de pomme de terre hybride constituerait, sur le plan technologique, un bond en avant, et par conséquent un changement de pratiques pour les agriculteurs : Ils devraient modifier leur système de culture pour remplacer les pommes de terre de semis actuellement utilisées, par des graines. Les graines de pommes de terre ont l’avantage de pouvoir bien résister au froid du printemps et, grâce à l’amidon stocké, de se développer plus rapidement En revanche, il existe également des avantages évidents aux « véritables graines de pomme de terre » : Le refroidissement suite à une verse et, en particulier, lors de la durée de transport des semences de pommes de terre, pourrait être évité, si les semences pouvaient être emballées dans des boîtes pratiques. La conservation prolongée et la livraison dans le monde entier de centaines de milliers de tonnes de semences de pommes de terre chaque année est très complexe sur le plan logistique et les tubercules sont rapidement victimes des nuisibles.

Même si la mise en œuvre d'une nouvelle approche est encore lointaine et qu'un certain nombre de questions doivent encore être clarifiées, KWS s'est engagé dans les étapes décrites et dans la recherche et le développement continus. « Nous y travaillons depuis 2011 et nous venons d'avoir nos premiers résultats. Grâce à la station de sélection mise en service il y a quatre ans à Emmeloord, aux Pays-Bas, nous avons créé, en plus des ressources technologiques, les conditions d'espace idéal pour une concentration à long terme sur les semences de pommes de terre hybrides. Notre objectif est qu'un jour nous soyons en mesure de semer moins de 100 grammes de graines de pomme de terre par hectare, au lieu de planter 2,5 tonnes de tubercules de pomme de terre », explique Peter Hofmann, membre du comité exécutif de KWS.

Station de sélection d'Emmeloord : c'est ici que la pomme de terre hybride est sélectionnée depuis 2013

Station de sélection d'Emmeloord : c'est ici que la pomme de terre hybride est sélectionnée depuis 2013

Mot-clé : Sélection d’hybrides

Cette méthode de sélection mise au point aux États-Unis au début du XXe siècle utilise l'effet hétérosis. Au cours de ce processus, une combinaison de lignées pures génétiquement différentes - des lignées consanguines - permet d’accroître l’efficacité de la descendance mélangée, appelée hybride. Cependant, la supériorité des hybrides par rapport aux lignées conventionnelles est en grande partie perdue à la génération suivante en raison de la dégradation génétique.

Développer des variétés hybrides avec un excellent niveau de performance coûte très cher : Deux programmes différents de sélection de lignées sont nécessaires pour la production de lignées consanguines. Par exemple, KWS cultive des variétés de maïs, de betterave à sucre, de colza, de seigle et de tournesol avec une sélection hybride.

Retour à la page principale « World of Farming »

Votre contact

Thilo Resenhoeft
Thilo Resenhoeft
Envoyer un e-mail
CONTACT