Produits biologiques : Des bactéries utiles protègent les plantes cultivées contre les ravageurs et peuvent augmenter le rendement

14 décembre 2017 Temps de lecture : 3 minutes

Les bactéries sont les extrémistes des êtres vivants. Elles peuvent vivre dans les eaux chaudes à 100 degrés, dans les acides forts ou les sources sulfureuses des profondeurs marines. Et aussi dans certaines variétés de graines de betterave à sucre de KWS !

Les bactéries utilisées dans certains lots adhèrent à chaque graine après un traitement spécial. « Ce n'est pas une coïncidence, mais le résultat d’opérations ciblées au cours des processus d’enrobage et de traitement des semences, et de nombreux travaux de recherche », a déclaré Ralf Tilcher. Il est responsable chez KWS du groupe de travail interdisciplinaire « Produits Biologiques ». « Pendant les années sèches et sur des sols agressifs, les bactéries permettent d’augmenter le rendement. » Au vu de ces succès expérimentaux, les bactéries pourraient donc être utilisées à l'avenir à grande échelle en betterave sucrière.

Les bactéries, des aides précieuses

Les bactéries sont devenues des alliées précieuses de KWS et des agriculteurs, car ces organismes utiles ont développé des capacités considérables au cours de l'évolution. Elles fixent l'azote de l'air ou produisent des hormones de croissance végétales. Après une longue série d'expériences, Tilcher et ses collègues utilisent une combinaison de différentes souches de bactéries, qu'ils incorporent ensuite dans l'enrobage de la semence de betterave après une encapsulation spéciale.

Une armée utile d"un milliard de soldats

Après le semis, dans un sol humide, ces bactéries se multiplient très rapidement en un milliard d’aides et diffusent leur effet positif. Grâce à leur grand nombre, elles occupent l'environnement du lit de germination et permet de dynamiser la croissance racinaire et donc de réduire la période sensible aux parasites.

Nombreux avantages

Cela présente plusieurs avantages : Premièrement, les bactéries utiles se répartissent de la même façon sur les graines et les racines. Les nuisibles ont moins de nutriments. De plus, les bactéries peuvent produire des produits métaboliques qui protègent les jeunes plants contre le froid, la sécheresse, la forte teneur en sel du sol ou contre les champignons nuisibles. Enfin, outre les bactéries nodulaires connues des légumineuses, il existe d’autres micro-organismes qui fixent l’azote et fournissent ainsi une source supplémentaire de nutriments pour la plante.

Groupe de travail interdisciplinaire

Tilcher travaille sur ce sujet depuis de nombreuses années, pour lequel le nom « produits biologiques » a été établi. Knapp a dit : « Nous aidons les plantes avec des bactéries utiles. » « Nous » désigne un groupe de travail d’experts de divers domaines chez KWS. La recherche et l’industrie du monde entier est désormais très active dans le développement et la commercialisation de produits biocontrôles (ainsi que de bactéries et de champignons). La recherche systématique et la mise en essai de produits et de méthodes de suivi adaptées à KWS, constituent l’une des tâches essentielles de l’équipe. Evidemment les souches de bactéries utilisées sont confidentielles

Une tendance continue vers moins de produits chimiques

Pendant de nombreuses années, l’un des éléments moteurs du groupe interdisciplinaire a été la tendance constante à la réduction du nombre de produits chimiques au champ. Le public, les responsables politiques et les autorités exigent des solutions pour remplacer les produits chimiques dans la protection des semences et des plantes en général. « Cette pression sociale augmente depuis des années », observe Tilcher. Depuis un certain temps, de nombreux produits chimiques de traitement de semences pour le maïs et le colza ne sont plus homologués et ces restrictions touchent également la betterave à sucre. Néanmoins, KWS souhaite continuer à offrir aux agriculteurs les meilleures variétés pour l'avenir et étudie donc plusieurs approches prometteuses, notamment les produits biocontrôle.

Options alternatives

Les bactéries sont une alternative, avec leur potentiel biologique évident. Pour sa thèse de doctorat, il y a plus de 20 ans, Tilcher avait déjà examiné quels micro-organismes protégeaient la vigne des champignons agressifs. Il poursuit cette théorie chez KWS depuis des années en traitement de semences. Les premiers obstacles commerciaux ont été surmontés : En Russie et en Serbie, certains clients cultivent déjà des semences de betterave à sucre traitées et avec succès : « Sur les sols marginaux et soumis à la sécheresse, le rendement obtenu en 2014 et 2015 était nettement supérieur, grâce au mélange bactérien, par rapport aux plantes sans bactéries », explique Tilcher.

Retour à la page principale « World of Farming »

Votre contact

Thilo Resenhoeft
Thilo Resenhoeft
Envoyer un e-mail
CONTACT