• 201406_KWS-Roggen_0117.jpg
    Rouille brune

Rouille brune du seigle

(Puccinia recondita f. sp. recondita)

Signification

La rouille brune est la maladie la plus importante dans la culture du seigle. Même à un stade de développement avancé, elle peut entraîner d'importantes pertes de rendement. Outre le rendement en grains (nombre de grains par épi et poids de mille grains), l'infection par la rouille brune altère également la qualité du grain, par exemple en réduisant sa teneur en protéines. Les infections automnales réduisent la résistance à l'hivernage et augmentent la sensibilité aux infections secondaires.

Principaux symptômes

Les pustules ovales brun-rouille à contenu pulvérulent (dépôts d'urédospores) se trouvent sur la face supérieure de la feuille et, dans une certaine mesure, également sur les gaines, les tiges et les enveloppes des feuilles. Les pustules de rouille brune sont souvent entourées d'un halo de couleur claire. Peu avant la maturité, des dépôts de spores hivernales de couleur plus foncée (dépôts de téleutospores) se forment, qui sont dispersés et recouverts par l'épiderme de la feuille. La rouille brune a besoin d'une plante-hôte vivante toute l'année pour se nourrir et se multiplier. Le pathogène passe l'hiver sous forme de mycélium ou d'urédospores sur les repousses ou céréales d'hiver. Pour que l'infection se propage, la rouille brune nécessite beaucoup de chaleur et d'humidité. Des journées ensoleillées à 20 - 26 °C et des nuits chaudes (15 °C) avec formation de rosée ou précipitations vers le soir sont idéales pour le développement. Le temps de génération entre le début de l'infestation et la formation des dépôts d'urédospores chez les espèces sensibles est de 140 degrés-jours, c'est-à-dire qu'à une température moyenne de 15 °C, une nouvelle génération de spores apparaît après seulement neuf jours.

Contact